Les 5 grandes peurs du fumeur

Par Marc Bédard, publié le 23-02-2020

Selon les statistiques, près de 6 fumeurs réguliers sur 10 disent vouloir arrêter. Quand on connaît les méfaits du tabac, pourquoi hésiter ?

Vous êtes fumeur ? L’explication réside dans un mot de quatre lettres : PEUR.

Vous vous sentez pris entre deux feux :

  • D’une part, votre volonté consciente d’arrêter qui sait que vous jouez chaque jour votre vie à la roulette russe;
  • D’un autre côté, une sorte d’immobilisme qui vous fait dire : « J’arrêterai plus tard… »

Si on exclue la « dépendance chimique à la nicotine » – qui soit dit en passant n’est pas ce que les fumeurs croient – c’est probablement plus la peur d’arrêter…qui vous empêche d’arrêter.

Comme une personne qui aurait peur de l’avion et qui s’empêche de découvrir les endroits merveilleux que cette vie a à offrir.

Bonne nouvelle : la peur de l’avion, ça se soigne. La peur d’arrêter aussi !

Pendant les séances d’hypnose, j’aide mes clients fumeurs à ne plus avoir peur.

Je peux donc vous aider à vous sentir complètement prêt, pour que votre arrêt soit facile et définitif.

Alors quelles sont ces peurs ? Et combien en comptez-vous ? Faites le test.

Peur du manque de nicotine

Bizarre de commencer par la peur du manque, alors que je disais plus haut que j’excluais la « dépendance chimique à la nicotine »...

Ça n’a pourtant rien d’une contradiction. La peur du manque et la « dépendance chimique » sont deux choses distinctes.

La peur du manque, ce n’est qu’une perception.

Pareil pour l’avion : une personne peut savourer chaque moment du voyage alors que son voisin de siège pleure sa vie.

C’est différent pour la cigarette croyez-vous ?

Alors comment se fait-il que certaines personnes se lèvent un matin en disant : « C’est décidé j’arrête ! » et ne retouchent plus à une seule cigarette de toute leur vie ? Il y en a plus qu’on pense : 10% des gens arrêtent de cette façon.

Comme je disais, une perception.

Imaginez maintenant que vous, vous vous réveillez un matin et que le manque potentiel ne vous effraie plus du tout. Comment ça serait plus facile d’arrêter ?

Peur d’être irritable ou nerveux

La plupart des gens sont nerveux à l’idée de parler en public – alors que d’autres éprouvent au contraire des sensations grisantes en s’adressant au micro.

Encore là, c’est une question de point de vue. Mais on peut pousser la réflexion encore plus loin.

Si vous aviez un texte à lire en public, à un mariage par exemple. Comment vous feriez ?

Vous seriez sans doute préparé…

Vous feriez des exercices de respiration et vous pourriez retrouver votre calme.

Voilà : vous seriez outillé !

Avec la cigarette c’est pareil. Et ça fait partie du travail que j’effectue avec mes clients pendant les séances pour cesser de fumer. Je vous forme, je vous outille, on se pratique… Vous pouvez même devenir « ninja du calme » !

Si vous saviez que vous aviez ce pouvoir en vous…celui de vous calmer sur demande facilement, imaginez comment vous seriez mieux dans votre vie… Ce que ça pourrait vous permettre d’accomplir de plus grand encore…et comment ça se répercuterait positivement sur tous vos proches…

Soyons clair : devenir non-fumeur est un projet d’une durée de deux à trois semaines seulement.

Être calme vous profitera pour le reste de votre vie.

Avec la méthode que j’utilise, il n’y a pas de nervosité notable.

Peur de perdre des « plaisirs »

Voilà un argument que j’entend souvent. Les fumeurs ont le sentiment qu’en arrêtant ils vont perdre des plaisirs.

Ça en fait, relève plus d’une croyance.

Si c’est ce que vous croyez, faites l’exercice suivant. Essayez d’y mettre le plus de détails, le plus d’images, se sons, de sensations dans votre tête et dans votre corps en y pensant.

Imaginez-vous dans des circonstances : vous êtes en train de fumer tout en croyant que c’est un plaisir…

À ce moment précis, pensez à la fumée qui s’engouffre dans vos voies respiratoires, paralysant l’action des cils vibratiles, supposés vous protéger des maladies…

…le goudron qui se dépose dans vos poumons

…les 4000 produits chimiques de la cigarette qui traversent la fine membrane et se retrouvent dans votre sang, empoisonnant du coup vos cellules peu à peu…

Bref, je pourrais continuer longtemps comme ça... Mais ce n’est pas mon but.

D’ailleurs, je précise que les séances d’hypnose ne sont pas une thérapie d’aversion. Je ne vais pas vous dégoûter du tabac.

Mais je voulais par cet exemple vous démontrer que quand on le voit comme ça, ce n’est plus possible d’imaginer que « fumer est un plaisir ».

Mon objectif, pendant les séances d’hypnothérapie pour cesser de fumer, est de faire réaliser à votre inconscient que vous ne perdez rien ! Nothing ! Nada ! Nichts !  Et si vous vous le demandiez, en chinois ça se prononce méishénme…

Peur de prendre du poids

Celle-ci est amusante : Les fumeurs croient en général qu’en arrêtant de fumer, ils vont nécessairement prendre beaucoup de poids.

Ce qui est moins drôle par-contre, c’est que plusieurs s’empêchent d’arrêter pour cette raison…

Quand on sait qu’une seule cigarette par jour multiplie par trois le risque d’infarctus.

Vrai que la cigarette augmente le métabolisme et diminue l’appétit à court terme.

Mais c’est un raccourci de penser que la cigarette fait maigrir. Si c’était le cas, tous les non-fumeurs seraient plus gros que les fumeurs…

D’ailleurs, il est prouvé que la moitié des personnes qui ont cessé de fumer après un an ont soit :

  • Perdu du poids;
  • Un poids stable;
  • Pris de 2 à 3 kilos maximum.

Prendre beaucoup de poids est donc loin d’être une fatalité.

Ceux qui prennent beaucoup de poids en arrêtant sont les personnes qui utilisaient la cigarette comme une béquille pour gérer leurs émotions.

En hypnose, j’enseigne des comportements sains à votre inconscient.

Alors, il n’y a pas de compensation dans la nourriture et donc pas de prise de poids importante.

Si vous n’aviez pas peur de prendre du poids en arrêtant, est-ce que ça vous aiderait à vous décider ?

Peur de l’échec

La dernière peur – et non la moindre – est la peur de l’échec.

Ici, on est vraiment dans l’ego.

Bizarre quand on y pense : votre ego qui a en horreur l’idée d’échouer va parfois jusqu’à saboter vos efforts et ainsi vous faire retourner à l’état de fumeur…

Tous les acteurs de théâtre vous le diront : s’ils jouent un soir sans avoir le trac, ils feront une performance médiocre.

Avoir un léger stress à l’idée de ne pas réussir n’est donc pas une mauvaise chose en soi. Ça vous pousse en avant. Ça vous force à donner le meilleur de vous-même – et à réussir !

Le problème, c’est juste quand il y a trop de stress et de peur.

Avec l’hypnose, je vous aide à vous défaire de la peur.

C’est comme les monstres en-dessous du lit. Vous en avez déjà eu peur ?

Plus maintenant, n’est-ce pas ?

C’est pareil avec la peur de l’échec. Lorsque vous réalisez que cette peur est inoffensive, vous allez de l’avant et ça devient beaucoup plus facile.

L'hypnose pour cesser d'avoir peur

Maintenant, il faudrait se demander qui a intérêt à vous faire peur de la sorte ?

Vous qui payez entre 2 000$ et 5 000 $ chaque année pour vos cigarettes, à qui le versez-vous ?

Ça nous donne un bon indice pour comprendre qui a implanté ces peurs en vous.

Mais ça, ce sera le sujet d’un autre article.

D’ici-là, faites juste imaginer comment on se sent quand toutes ces peurs s’en vont et vous comprendrez ce que ça fait de cesser de fumer avec l’hypnose. Pour ça, je peux certainement vous aider.

Rendez-vous téléphonique pour cesser de fumer

Retour aux articles

Vous aimerez aussi

Devenez qui vous êtes en franchissant

la prochaine étape

Marc Bedard - hypnothérapeute | Hypnose Clinique Saguenay

Abonnez-vous à mon infolettre !

Recevez des informations pertinentes et découvrez comment l'hypnose peut vous aider.

Envoyez-moi un message !

Je vous réponds d'ici 24h, du lundi au vendredi.